Les cadrans , les glyphes et leur interprétaion

Ci-dessus :cadran du Saros et ses inscriptions

Afin de faire fonctionner la machine, il y a lieu d’en comprendre le mécanisme ainsi que l’interprétation des glyphes inscrits sur les écrans de Méton et du Saros

s

A l’arrière du boîtier,ci -dessus, on remarque deux grands cadrans, avec des échelles étendues de 5 tours en spirale, chacune avec de longues séquences de lunaisons (= mois lunaires). Des pointeurs glissants sur une aiguille, tel le bras d’un tourne-disques, montrent les graduations à lire sur chaque échelle.

Le cadran supérieur représente un calendrier grec selon le cycle de Méton : 235 mois, avec leur noms, pour un total de 19 ans. Il indique si les mois ont 29 ou 30 jours, et quelles années ont 13 mois au lieu de 12, selon le schéma utilisé par Geminos de Rhodes (Ier s. av. J.-C.). Après ce cycle (6940 jours), la Lune (mois lunaire) se retrouve en phase avec l’année solaire (saisons).

Un petit cadran auxiliaire montre les dates des jeux panhelléniques (Isthmiques, Olympiques, Néméens, Pythiques), utilisés aussi dans la chronologie grecque.

Un cadran auxilliaire, est lié à la période de Callippe – quatre cycles de Méton, soit 76 ans, comme indiqué sur un fragment.

Le cadran inférieur permet la prévision des éclipses (de Lune ou de Soleil). Il représente une période de Saros, 223 lunaisons au bout desquelles les conditions pour une éclipse se répètent.

Puisque le cycle de Saros, 6585 jours 1/3, retarde de 1/3 jour sur le cycle précédent, un cadran auxiliaire fournit les corrections à apporter (+ 8h ou + 16h). Après trois cycles de Saros (un tour du petit cadran), soit un cycle Exeligmos, 54 ans, on revient aux conditions de départ.

Les dates des éclipses sont marquées S, pour SELENE la Lune, et H, pour HELIOS le Soleil. La disposition des engrenages montre que le cadran des éclipses est actionné par les mouvements “vrais” de la Lune et du Soleil – un solution que seuls les plus hardis horlogers modernes sauraient réaliser.

Toutes les parties en bronze, y compris les plaques qui fermaient la boite, étaient recouvertes d’inscriptions (env. 20.000 caractères, dont ~ 2000 lisibles): des informations ou peut-être des instructions d’utilisation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *