Cadrans face arrière du mécanisme

La spirale de gauche représente un cycle de 19 ans soit 19 x 365,25 jours = 6939,75 jour, ou 6940 jours.
La spirale de droite a un index qui se déplace selon un autre cycle de 18 ans ( le Saros )

Examinons la face arrière du mécanisme. On y voit deux spirales reliées l’une à l’autre avec deux index rotatifs dont la longueur suit l’enroulement de chaque spirale. La spirale de gauche représente un cycle de 19 ans soit 19 x 365,25 jours = 6939,75 jour, arrondi à 6940 jours.

SI l’on compte combien de lunaisons s’écoulent, il faut diviser par la longueur du mois lunaire soit 29,53 jours. On arrive à 235,25 mois lunaire, arrondi à 235. Méton, inventeur de ce cycle à Athènes au 5e siècle av.  J.C. a pu ainsi construire un calendrier lunaire, mais cependant précis, en intercalant judicieusement des mois lunaires supplémentaires pour que l’année astronomique liée au soleil coïncide avec ce calendrier. En effet, Si une année ordinaire a 12 mois lunaire, en 19 ans, on a 12 x 19 = 228 mois lunaire, alors qu’il en faut 235. Il faut donc en intercaler 7. L’index indique sur lequel des 235 mois lunaires on se trouve. Pour retrouver le calendrier annuel, il suffit de revenir à l’index de l’autre face.

La spirale de droite a un index qui se déplace selon un autre cycle de 18 ans cette fois qui correspond à la période où une éclipse donnée se reproduit dans les même circonstances avec un décalage de 8 heures (pour les éclipses de lune). Ce cycle était connu des anciens sous le nom de Saros.

Avec le mécanisme, on pouvait ainsi prédire si pour une nouvelle lune ou une pleine lune donnée, une éclipse de soleil ou de lune pouvait se produire. Ce sont les rapports des engrenages qui permettaient ces charges.

D’autres cadrans auxiliaires non indiqués ici (petites aiguilles rouges) permettaient un gain de précision (Cycle de Callipos, mis au point au 4e siècle av. J.C. qui en prenant 4 cycles de Méton en améliore la précision, de même cycle de l’Exeligmos correspondant à 3 cycles du Saros). Notons aussi une mention des Olympiades. On trouve aussi sur le mécanisme de nombreuses inscriptions en grec qui ont aidé à comprendre le sens des différents mécanismes. Le type des caractères utilisés à permis de dater le mécanisme de la fin du 2e siècle av. J.C.

Ci-dessous, le schéma  des engrenages tel qu’il est estimé aujourd’hui, vu de dessus. En bas à gauche on a le cycle métonique en rouge et en bas à droite le cycle de Saros en vert
Licence Creative Commons
Le Cosmos d’Archimède de Pierre DUVAL est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.