Fascinante machine..

Une des œuvres d’Archimède fut sauvée,lors du siège de Syracuse. Était-ce cette fascinante machine ?

Cette machine (ou mécanisme) est probablement le premier calculateur de positions astronomiques de la période antique.
Le mécanisme est complexe, il est en bronze, comprenant de nombreuses roues dentées disposées sur plusieurs plans mais liées entre elles. C’est le plus vieux mécanisme à engrenages connu. A priori, il n’existe aucun autre objet similaire.

Voici ce qu’en dit JJ Dupas :

Pendant la deuxième guerre punique le général romain Marcellus pensait prendre rapidement la cité-état grecque de Syracuse.

En réalité il lui fallut plus de deux ans et un des plus grand siège de l’antiquité pour vaincre cette colonie grecque, car dans la ville il avait un ennemi redoutable : Archimède et ses machines. Lors d’une fête en l’honneur du culte d’Artémis les habitants se tinrent un peu moins sur leurs gardes, les romains en profitèrent pour faire une brèche dans les fortifications de la ville. Marcellus voulait prendre Archimède vivant, mais celui-ci fut tué pendant la prise de la ville. La légende veut qu’un soldat l’ait occis alors qu’il était absorbé par la résolution d’un problème mathématique. Une des œuvres d’Archimède fut sauvée, Marcellus rapporta à Rome, un mécanisme sphérique en bronze, montrant les mouvements du soleil, de la lune et des planètes vues de la terre

Était-ce cette fameuse machine ?

La machine resta dans la famille de Marcellus et fut décrite par Cicéron au premier siècle avant Jésus-Christ. Celui-ci s’étonnât qu’une simple machine puisse décrire les mouvements des astres. Les historiens n’ont accordé que peu de crédit à ce passage de Cicéron, la machine sophistiquée dont il parlait semblait bien au-delà de ce l’on connaissait de l’ingénierie grecque.

Cicéron n’étant pas un technicien ne décrivit pas le fonctionnement de la machine et on pensait que, dans un jeu rhétorique, il avait exagéré.

Cependant les restes de la machine d’Anticythère lui donnèrent raison, même si celle-ci n’est pas celle qu’il à vu (elle aurait été construite un siècle plus tard). Elle démontre qu’un mécanisme complexe, actionné à la main par une manivelle, comme celui dépeint par Cicéron, existât bel et bien et que la technologie grecque était bien plus avancée que ce l’on pensait.

Sa relique a été trouvée en 1901 dans une épave d’une galère romaine datant du premier siècle avant notre ère ; lors d’une plongée de pécheurs d’éponges. Cela se passait au large de l’Île d’Anticythère (étymologiquement : en face de Cythère), au Nord de la Crète.
D’ autres pièces sont remontées de l’épave, elles sont toutes à Athènes.
L’histoire de cette relique est très floue, mais il semble bien qu’elle remonte aux Grecs un peu avant notre ère.

Que de mystère ….

Les fragments du Mécanisme sont exposés au Musée National Archéologique à Athènes.
Une série d’expositions, basée sur l’exposition “The Antikythera Mechanism within the Astronomy and Technology of its time” a voyagé entre 2011 et 2014 dans plusieurs pays dont le Musée des arts et métiers de Paris.
C’est à cette occasion qu’a été produit par Philippe Nicolet ce petit documentaire.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.